Langues deutsch français

Ergonomie, partie 2: Agir avant d’avoir mal au corps et au porte-monnaie

Auteur invitee Marilena Maiullari le 30. octobre 2012

Cool bleiben im Büro ohne KlimaanlageLe spécialiste de l’ergonomie et en même temps responsable du Seating Development de Haworth, Torsten Lohrsträter, sait comment faire du bien à son corps pendant son travail. Il travaille à une table électro-motorisée et passe au maximum 20% de son temps de travail assis. L’agilité est chez lui écrit en majuscules. Il reste debout, bouge souvent et le conseille à tous ceux qui travaillent normalement assis. Il utilise le siège de bureau pivotant et l’appui-fesses en appoint. Même les réunions d’une heure ou moins sont tenues debout, par lui et ses collaborateurs – Chapeau. «Si un muscle s’atrophie – donc qui ne bouge pas assez – alors les problèmes de santé commencent», dit-il.

Pendant sa journée de travail en Rhénanie-Du-Nord-Westphalie il aide à l’aménagement de postes de travail ergonomiques. Il livre aux développeurs de produits des références ergonomiques et développe des programmes pour motiver les utilisateurs à un usage correct. «Je suis toujours surpris de voir qu’on achète des appareils ergonomiques chers mais qu’après, on ne les utilise pas correctement», se plaint Torsten Lohrsträter. C’est pourquoi il forme entre autres des conseillers en ergonomie. «Si nous n’informons pas les gens, personne ne le fait», dit-il. Dès qu’il explique où les mauvaises positions d’assise mènent, on l’écoute plus attentivement. En effet, nous voulons tous être encore mobiles à l’âge de la retraite.

Le manque de mouvement coûte très cher
Concernant les questions de santé, la Suisse a de bons résultats par rapport à l’Europe. Mais nous aussi, nous produisons à cause d’un manque de mouvement au poste de travail des coûts de santé se chiffrant par milliards. Les nouvelles générations qui arrivent dans le monde du travail se bougent encore moins que nous ne le faisons. Est-ce que l’Etat va nous protéger des conséquences?

Les physiothérapeutes Suisses en plein boom
J’ai suivi le conseil de Torsten Lohrsträter en tenant toutes mes réunions internes debout et en changeant souvent ma position d’assise pendant une semaine. Ma journée en devient plus variée et je remarque que plus de mouvement fait du bien au corps et à l’esprit. Mais je n’ai malheureusement ni siège pivotant Haworth ni bureau réglable en hauteur et personne qui me fait remarquer mes mauvaises habitudes d’assise. Enfin si, depuis peu: mon physiothérapeute. En effet, depuis quelques temps des maux de tête de tension me torturent. La conséquence: mon chef doit de temps à autre faire mon travail car, comme beaucoup d’autres, je dois aller pendant mon travail à des thérapies coûteuses où un spécialiste m’apprend à me tenir correctement à mon bureau. Pour recevoir tous les patients, mon centre de physiothérapie à Zurich ouvre ses portes à 4 heures du matin. Incroyable, non?

Related posts:

  1. Ergonomie, partie 1: La sensibilisation des collaborateurs est le B.A.BA
  2. Moins d’absences grâce à une position correcte du corps, partie 2: gymnastique pour le ventre et le dos devant l’ordinateur
  3. Ergonomie 4: assis et debout au bureau
  4. Ergonomie 3: une assise correcte évite bien des maux
  5. Ergonomie 2: Du bruit, pas de place et un air vicié – que faire?

 

Classé sous Environnement,Haworth,Personne,Produits | pas de commentaires | Imprimer

| partager/sauvegarder

Trackback URI | Commentaires RSS

Ecrire un commentaire